Cocteau, Matisse, Picasso, méditerranéens

 

Exposition passée

Du 12 octobre 2013 au 03 novembre 2014
Le musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman commémore en 2013 le cinquantième anniversaire de la mort de Jean Cocteau par une exposition évènement intitulée Cocteau, Matisse, Picasso, méditerranéens.

Ce nouvel accrochage, qui occupe tous les espaces d’exposition du musée du 11 octobre 2013 – date anniversaire de la disparition du poète – au 3 novembre 2014, replace l’oeuvre des trois grands artistes contemporains dans le contexte artistique extraordinairement fertile de la Côte d’Azur des années d’après-guerre, à travers peintures, dessins, céramiques, mais aussi tapisseries et lithographies. Des photographies et extraits de films montrent le travail de création de Jean Cocteau à Santo Sospir, Pablo Picasso à Vallauris et Henri Matisse à Vence.

Les créatures fantastiques – faunes, centaures et sphinx – y côtoient les poissons, les pêcheurs mais aussi les scènes de corrida, les arlequins ou la danse. Le parcours muséographique évoque aussi les ateliers des trois artistes dans le Sud ainsi que les chapelles peintes et autres décors monumentaux entrepris dans la région, révélant la suprématie de l’acte graphique et d’un « art méditerranéen » propre à ces trois génies.

Près de quatre cents pièces, issues du fonds du musée mais aussi de prêts extérieurs, sont présentées : des oeuvres inédites de Picasso, exposées pour la première fois depuis leur donation par André Verdet aux villes de Saint-Paul-de-Vence et de Cordes-sur-Ciel ; des oeuvres préparatoires de Matisse pour la chapelle de Vence, prêtées par les soeurs dominicaines ; les collections particulières de Carole Weisweiller, du photographe Lucien Clergue, témoin vivant et ami de Picasso et Cocteau, de Ioannis Kontaxopoulos, grand collectionneur de l’oeuvre de Jean Cocteau ; mais aussi des oeuvres des collections du musée Matisse à Nice, du musée Picasso à Antibes, du Centre Pompidou à Paris, de la Maison Jean Cocteau à Milly-la-Forêt, des ateliers Madeline Laupin et de l’association Regards de Provence.