JEAN COCTEAU MENTON

Jean Cocteau et Menton

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, deux manifestations de première importance sont créées à Menton : la Biennale de peinture, dont la première se déroule sous la présidence d’honneur d’Henri Matisse, et le Festival international de musique de chambre.

C’est dans ce contexte de grand dynamisme culturel que Jean Cocteau, qui réside depuis 1950 à Saint-Jean-Cap-Ferrat, chez son amie Francine Weisweiller à la villa Santo Sospir, aura un véritable « coup de cœur » pour la ville de Menton.

Le Bastion

En septembre 1957, alors que le poète travaille aux décors de la salle des mariages, le maire (...)

Le couple Mentonnais

La fresque des deux futurs mariés occupe le mur derrière le bureau du maire. Ils sont mis en (...)

Le style de Menton

Cocteau aborde dans les années 1950 de nouvelles techniques dont les craies de couleur. Au (...)

La salle des mariages

Avec le Bastion, elle est l’autre don inestimable de Cocteau à Menton. Peinte entre 1957 et 1958, (...)

Jean cocteau et le Festival de (...)

Au mois d’août 1955, Jean Cocteau assiste au Festival de musique de Menton et y fait la (...)

Biographie de Jean Cocteau

1889 Jean Cocteau nait le 5 juillet à Maisons-Laffitte. Il grandit dans un milieu mondain et (...)

EN CE MOMENT

Exposition en cours - Le château des enchantements

Du 9 juillet au 16 janvier 2023 au musée du Bastion


Le château des enchantements est le premier volet d’une série d’expositions sur le thème des châteaux de Jean Cocteau qui sera présentée sous le co-commissariat de Dominique Marny et Anne-Gaële Duriez.
Il s’agira de rendre l’univers onirique de l’enfance et de l’adolescence à travers les contes qui ont inspiré Jean Cocteau. La Belle et la Bête, l’Aigle à deux têtes, l’Eternel retour, Renaud et Armide, les Chevaliers de Table ronde, la Dame à la Licorne… Autant de sujets féériques que Jean Cocteau traite par son écriture cinématographique et théâtrale.
La photographie, le dessin et le design illustreront le propos.
Le parcours présentera des oeuvres de Jean Cocteau issues du fonds d’Edouard Dermit (légataire de l’artiste) en complément de la collection du Musée de Menton, auxquelles seront associés des prêts privés et les oeuvres d’artistes contemporains : les bijoux de Julie Eulalie, le triptyque de Bruno Fabbris et les photographies d’Armelle Gouyet.
Une partie de ces oeuvres sera présentée pour la première fois à Menton.
Le scénographe Frédéric Beauclair créera pour l’occasion un univers fantastique dans le fortin du poète.
Jean Cocteau, lecteur des Contes de Perrault, n’a-t-il pas écrit dans La Belle et la Bête, Journal d’un film (1958) :
« Le postulat du conte exige la foi et la bonne foi de l’enfance. Je veux dire qu’il faut y croire à l’origine et admettre que cueillir une rose puisse entraîner une famille dans l’aventure, qu’un homme puisse être changé en bête et vice versa. Ces énigmes rebutent les grandes personnes, promptes à préjuger, fières du doute, armées de rire. Mais j’ai l’outrecuidance de croire que le cinématographe, qui montre l’impossible, risque de l’imposer en quelque sorte et de pouvoir mettre une singularité au pluriel… »

Exposition du 9 juillet 2022 au 16 janvier 2023