Séquence 4

 

Valerio Adami, Jacques Derrida, 2004
© ADAGP, Paris 2018

Portraits et autoportraits

À partir de 1970, Adami multiplie ces portraits de grandes figures de l’histoire mondiale (Gandhi, Staline), de la littérature (James Joyce, Giacomo Leopardi, Gottfried Keller), de la philosophie (Walter Benjamin, Jacques Derrida), de la psychanalyse (Sigmund Freud), de la musique (Pierre Boulez, Giuseppe Verdi, Richard Wagner) et parfois du sport (le boxeur Bombardier Billy Wells). Ces œuvres s’inscrivent dans une démarche de recherches sur la mémoire : la mémoire en tant que faculté cognitive, illustrée par des portraits issus de ses rencontres et amitiés tels que ceux d’Ezra Pound et Jacques Derrida, mais également la mémoire collective de l’humanité évoquée à travers ces personnalités qui sont, chacune à sa manière, celles de pionniers. « Nous portons sur nos épaules la langue de nos pères. C’est avec cette langue que j’ai peint les portraits de Nietzsche, de Benjamin, de Gide, de Keller, de Mahler, comme si je voulais parler avec eux de ma manière de les penser et de les vivre aujourd’hui. »

Une partie des œuvres présentées dans cette séquence sont issues de travaux récents ; certaines ont été peintes au cours des trois dernières années.